www.vandoeuvre.fr

Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy

Quel avenir pour la caserne Faron ?

> le 25 novembre 2013

Une réunion publique était organisée jeudi 21 novembre à l’école Jean Macé pour parler du devenir de la caserne Faron. A cette occasion, le représentant de la préfecture de Meurthe-et-Moselle et les élus vandopériens ont répondu aux questions des habitants et lancé la concertation sur l’avenir de ce secteur.

Situé face à la caserne Drouot, entre le boulevard Barthou, la rue Aristide Briand et la rue du 8ème Régiment d’Artillerie, la caserne Faron est un ancien établissement de stockage de l’Armée de Terre aujourd’hui désaffecté. L’Etat a choisi de mettre en vente en début d’année ce terrain de 5,6 hectares. Le Conseil municipal de Vandœuvre a adopté en juin 2013 la réalisation d’une étude dans le but d’acquérir ce terrain à proximité du futur éco-quartier Biancamaria. La Ville a en effet la possibilité de faire valoir son droit de priorité et compte piloter le projet d’aménagement de ce secteur. A proximité du futur éco-quartier Biancamaria voisin et d’un axe routier important avec le boulevard Barthou, cet espace, par sa taille et sa localisation, pourrait devenir un nouveau quartier de Vandœuvre.

Une fois le résultat de l’étude connu, la Ville pourrait se tourner vers l’Etablissement Publique Foncier Lorrain (EPFL) pour dessiner l’avenir de ce quartier, en concertation avec les riverains. Pour le maire de Vandoeuvre, il n’est « pas question de reproduire l’ineptie du quartier Meurthe-Canal, à Nancy, où on plonge dans une zone sans personnalité, sans originalité, sans vie collective, avec des immeubles modernes serrés les uns contre les autres ». Si de nouveaux logements pourraient apparaître, l’implantation de commerces et de nouvelles places de stationnement est nécessaire. Les habitants présents à la réunion ont déjà émis l’idée d’abattre le mur donnant sur la rue Aristide Briand et de le remplacer par un trottoir. Enfin, un ancien espace de stockage, par sa taille et son architecture, pourrait se transformer facilement en gymnase. Toutes ces pistes sont appelées à être discutées avec les habitants à l’occasion de prochains ateliers de vie de quartier.

Les habitants ont enfin pu à cette occasion interroger Jean-François Raffy, secrétaire général de la préfecture de Meurthe-et-Moselle sur la question des demandeurs d’asile installés dans la caserne. Celui-ci a rappelé que l’établissement n’avait pas vocation à devenir un lieu de transit et qu’il répondait à une situation conjoncturelle. Une fois le terrain vendu, cette situation n’aurait plus cours. Mais l’hiver approchant et l’Etat étant à ce jour toujours propriétaire du terrain, il a fallu trouver plusieurs abris dans toute la communauté d’agglomération à ces hommes, femmes et enfants en attendant l’étude de leurs dossiers. Il a également rappelé que des agents de sécurité veillaient à la tranquillité du secteur et remercié les travailleurs sociaux de l’Association de Réinsertion Sociale (ARS) pour leur implication.

< Retour aux actualités