www.vandoeuvre.fr

Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy Ville de VANDOEUVRE-lès-Nancy

400 habitants intéressés par la sécurité

> le 4 décembre 2012

C’est à la demande du maire Stéphane Hablot que le procureur Thomas Pison, le préfet Raphael Bartolt et les représentants de la police nationale sont venus rencontrer les Vandopériens à la suite du classement de la ville en Zone de Sécurité Prioritaire.

Les habitants ont témoigné des situations vécues ; trafics de drogue, trafics de voitures, cambriolages, agressions physiques, nuisances sonores...

Le préfet Raphael Bartolt a précisé qu’en tant que Zone de Sécurité Prioritaire, Vandœuvre allait bénéficier de moyens supplémentaires. La lutte contre les violences liées aux stupéfiants constituant une priorité. Il a insisté sur le fait que les fonctionnaires sont présents pour rendre des comptes aux citoyens. Il a ainsi rappelé les moyens déjà mobilisés par l’Etat sur la ville ; l’annexe de la police nationale qui reçoit les plaintes et réalise les enquêtes judiciaires, les postes d’adultes relais. Les emplois d’avenir et les contrats de génération vont être mis en œuvre au bénéfice des jeunes non qualifiés. Il a évoqué les aides de l’Etat en matière de vidéo surveillance.
Le Procureur Thomas Pison a précisé que son rôle était de rendre la justice au nom du peuple français, le parquet traitant 48 000 procédures par an. Convaincu de la nécessité d’agir face au sentiment d’impunité, il plaide pour la réduction du temps entre l’infraction et la réponse pénale. Il a attiré l’attention des habitants sur la nécessité de ne pas stigmatiser les jeunes en rappelant notamment que les étudiants représentent aussi le dynamisme de notre Région.

Le Directeur Départemental de la Sécurité Publique adjoint, Gérard Kointz a précisé que le trafic de drogue constituait un véritable fléau en Meurthe-et-Moselle et que ce phénomène est à l’origine de la plupart des infractions. Dans ce contexte, il estime que l’enjeu consiste à faire diminuer la consommation de drogue. En ce domaine la répression est nécessaire mais pas suffisante, elle doit s’accompagner d’une politique de prévention.

La commissaire Emily Delaitre a longuement évoqué le travail effectué sur le territoire de la zone urbaine sensible en relation avec les commerçants et les riverains des Nations suite au constat d’un fort sentiment d’insécurité. Certains comportements de fonctionnaires de police ayant été mis en cause par des témoignages d’habitants, elle a affirmé que des comptes leur seront demandés. Le maire a indiqué qu’une réflexion était en cours pour localiser la police municipale place de Paris afin de mieux coopérer avec la police nationale. Dans cette démarche, des conventions sont en cours d’élaboration afin d’envisager des actions communes.

Le maire a conclu en saluant la présence des services de l’Etat et des bailleurs sociaux ainsi que l’implication des citoyens. Il souhaite des améliorations du dispositif notamment par le développement de contacts à travers les conseils de quartiers et d’autres instances afin de mieux travailler ensemble pour améliorer la sécurité de tous.

PDF - 204.5 ko Compte-rendu de la réunion publique sur la sécurité PDF - 204.5 ko

< Retour aux actualités